Ejaculation précoce

Ejaculation précoce : comment rectifier le tir ?

Le tabou de l'éjaculation prématurée




Trouble sexuel masculin le plus fréquent, l'éjaculation précoce touche près d'un tiers des hommes. Pourtant, en parler reste difficile malgré la souffrance qu'elle peut engendrer. Une première campagne d'information grand public incite aujourd'hui les hommes à briser le silence car des solutions existent.

L'éjaculation précoce concernerait près d'un homme sur trois. Malgré ces chiffres, il est toujours difficile d'aborder le sujet même s'il peut être très mal vécu. Pour faire sortir ce trouble de l'ombre, les laboratoires Menarini lancent une campagne d'information nationale auprès du grand public. En plus du spot, un site garderlecontrole.fr est mis en place pour informer les hommes souffrant d'éjaculation précoce, leur donner des conseils et les amener à consulter.

L'éjaculation précoce reste taboue

La plupart des Français connaissent ce trouble. C'est même, selon une enquête Opinion Way "Regards croisés sur la sexualité des Français" réalisée en 2012, le 2e trouble sexuel le plus connu des Français, juste après les troubles de l'érection. Toujours selon cette enquête, 50 % déclarent avoir déjà souffert d'éjaculation précoce à un moment donné et 43 % des femmes y auraient déjà été confrontées dans leur vie.

La différence entre ses chiffres et l'épidémiologie tient à l'interprétation de l'éjaculation précoce. Selon la définition médicale, il s'agit en effet d'un trouble de l'éjaculation persistant ou répété lors de stimulations sexuelles minimes avant, pendant ou juste après la pénétration, et avant que le sujet ne souhaite éjaculer. Pour parler d'éjaculation précoce, ce phénomène doit être permanent ou fréquent depuis au moins 6 mois.

"Concrètement, l'éjaculation survient trop vite, avant la pénétration ou dans les quelques minutes suivant le début de la pénétration et cela, pratiquement chaque fois qu'il a une relation sexuelle" précise le Dr Gilbert Bou-Jaoudé, médecin sexologue président de l'Association pour le développement de l'information et de la recherche sur la sexualité (ADIRS). L'accident ponctuel n'entre pas dans ce cadre.
On distingue deux grands types d'éjaculation précoce :

_ L'éjaculation primaire (innée) est très rapide et quasi systématique depuis le début de la vie sexuelle. Elle a tendance à persister tout au long de la vie chez 70 % des hommes et peut même s'aggraver avec le temps. Elle concerne environ 2/3 des hommes qui souffrent d'éjaculation précoce.

_ L'éjaculation secondaire (acquise) se produit après une période de relations sexuelles "normales". A l'origine de ce changement, on peut trouver une anxiété de la performance, des problèmes relationnels ou psychologiques, une dysfonction érectile, une hyperthyroïdie ou l'arrêt de prise de médicaments addictifs (opiacés).

Un problème pour l'homme, la partenaire et le couple

Le manque de contrôle de l'éjaculation peut entraîner une perte de confiance pour l'homme, et une certaine frustration chez sa partenaire. Selon l'enquête "Regards croisés sur la sexualité des Français", 37 % des femmes concernées mentionnent une baisse de désir sexuel quand 85 % des hommes soulignent un impact sur leur confiance en eux. Le risque pour le couple est que l'éjaculation précoce les entraîne dans une spirale négative, ce trouble devenant une source de tensions et de conflits qui vont augmenter les risques d'éjaculation précoce.

"L'éjaculation précoce n'est pas seulement un problème d'homme. C'est un sujet qui concerne le couple et la recherche de solution est parfois plus facile à deux..." précise le Pr Pierre Costa, urologue-andrologue et président de la Fédération Française de sexologie et de Santé Sexuelle (FF3S). Mais parmi les hommes touchés, seuls 49 % en parlent à leur partenaire... qui risque cependant de s'en apercevoir assez vite.

Malgré ces conséquences, 66 % des hommes concernés et 81 % des femmes n'ont jamais recherché d'informations sur le sujet. Quand ils le font, c'est majoritairement sur Internet, loin devant les professionnels de santé... Anticipent-ils une réponse embarrassée de leur médecin ? Si c'est le cas, voilà un chiffre qui devrait les rassurer : 92 % des médecins se déclarent capables de parler sans tabou de l'éjaculation précoce avec leurs patients.

Ejaculation précoce, des solutions existent !

L'origine de l'éjaculation précoce reste en partie mystérieuse même si on soupçonne une origine multifactorielle : origine psycho-comportementale (stress, tensions au sein du couple, troubles érectiles...), consommation de certaines drogues, facteur génétique... "Le facteur psychologique (stress, peur du rapport sexuel...) est important mais l'éjaculation précoce peut aussi avoir une origine comportementale (le corps est trop crispé) ou médicamenteuse (effet secondaire de certains traitements). Enfin, on pense que la biogénie entre également en jeu : comme il y a des hommes plus ou moins grands, certains éjaculent plus ou moins rapidement. Cette différence pourrait s'expliquer par un manque de sérotonine, un neurotransmetteur naturellement présent dans l'organisme qui a pour effet de retarder l'éjaculation" précise le Pr Costa.

Mais des solutions existent ! Globalement, on distingue deux prises en charge qui peuvent être complémentaires :

L'APPROCHE SEXO-COMPORTEMENTALE

Les thérapies comportementales et psychologiques visent à apprendre à l'homme à identifier et contrôler son niveau d'excitation, en réduisant l'anxiété et en augmentant la confiance en soi. Les techniques les plus connues sont le "Stop and Go", les compressions du gland ou "Squeeze" et la thérapie sexo-fonctionnelle. Dans ce cadre, la partenaire peut jouer un rôle important dans la prise charge et y être directement impliquée. "On dispose cependant de peu d'études permettant d'évaluer l'efficacité de ce type de prise en charge mais on constate dans la pratique une grande variabilité d'un patient à l'autre" précise le Dr Gilbert Bou-Jaoudé.

LE RECOURS AUX MÉDICAMENTS

Un certain nombre de médicaments sont actuellement utilisés par les cliniciens pour contrôler l'éjaculation précoce, parmi lesquels les antidépresseurs ou les anesthésiques locaux. Mais ces médicaments n'ont pas d'autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication... Depuis peu, la dapoxetine (commercialisé sous le nom de PRILIGY®) a reçu une AMM dans le traitement de l'éjaculation précoce chez l'homme âgé de 18 à 64 ans.

Quelle place pour ce premier médicament contre l'éjaculation précoce ?

Concrètement, ce médicament qui ne sera pas remboursé, contient un puissant inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. Selon les données des études, son élimination est beaucoup plus rapide que les autres molécules de la même classe actuellement commercialisées comme antidépresseur. Ce qui devrait limiter les effets secondaires propres à cette classe (troubles digestifs, neuropsychiques...). "Depuis avril 2013, ce médicament spécifique est disponible en pharmacie et peut être prescrit par des généralistes. Selon les études, il permet de multiplier par trois ou quatre le temps de l'éjaculation" précise le Pr Costa.

Il s'agit d'un traitement à la demande (à prendre 1 à 3 heures avant une activité sexuelle prévue) qui existe en deux dosages. Une réévaluation doit être faite par le prescripteur après les 4 premières semaines de traitement (ou après 6 prises). Son association avec des drogues récréatives ou de l'alcool est à éviter sous peine de s'exposer à des interactions pharmacodynamiques potentiellement sérieuses. Deux études de moindre ampleur semblent rassurantes et attestent de l'absence d'interaction entre ce composé et l'ingestion d'alcool ou d'un inducteur d'érection de type IPDE5, comme le tadalafil(Cialis®) ou le sildenafil (Viagra®).

Si pour la revue Prescrire, "mieux vaut en rester aux techniques psycho-comportementales", l'avis des représentants des présidents la FF3S et de l'ADIRS est beaucoup plus enthousiaste. "Le message est que pour les hommes qui souffrent de l'éjaculation précoce, il existe des solutions : une approche sexothérapeutique et un médicament, qui peuvent améliorer la situation. L'objectif n'est pas de remplacer l'approche sexo-comportementale par un médicament mais d'avoir à sa disposition une nouvelle arme" précise le Dr Gilbert Gilbert Bou-Jaoudé.


Article extrait du site Doctissimo

Si c'est les meilleurs qui partent les premiers, que penser alors des éjaculateurs précoces ? Pierre Desproges

Ejaculation précoce, éjaculation prématurée

Appréhension, peur de décevoir... l'éjaculation prématurée peut handicaper la sexualité. Le sexothérapeute Alain Héril nous en dit plus sur ce mal masculin encore tabou et les moyens d'y remédier.

Laisser un commentaire

Commenter

Gardez le contact avec AmiSexe.fr

Inscrivez-vous à la newsletter AmiSexe.fr : informez-vous de l'évolution du site et de l'ajout de nouvelles applications qui permettent de faire encore plus de rencontres sexe près de chez vous avec de nouveaux sexfriends qui veulent avoir une sexualité épanouïe.

Connectez-vous

Identifiez-vous pour accéder à votre compte AmiSexe.fr.

J'ai oublié mon mot de passe

×

Partagez

Partagez ce contenu avec vos amies et amis :

×